L’équipage humano-canin va bien. Arktika semble bien sur le point d’hiverner au Spitzberg. Trop tard pour rejoindre les îles de Nouvelle-Sibérie, la mer ne le permet plus et la nuit polaire arrive dans trois semaines. Reste à trouver le meilleur spot. L’Aventure continue, comme en témoigne les images et l’histoire que nous raconte Gilles ci-dessous.

«  Nous avons passé hier et avant-hier deux journées assez incroyables. Pendant la nuit, un ours a nagé jusqu’à la jupe du bateau alors que les chiens dormaient dans le cockpit à un mètre de là. Rien vu rien entendu si ce n’est moi dans mon sommeil quand soudain, j’ai senti du clapot et le mousqueton de l’annexe claquer sur la jupe ! Je me lève et je vois l’ours quasiment sur la jupe, repartir dans l’eau et nager vers la terre. Je décide d’aller voir de plus près. Il est désormais à l’intérieur des terres. Nous nous approchons et nous rendons compte qu’il a une carcasse de phoque entre ses pattes. Alerté par nos pas, il va se coucher sur une colline en nous observant. Puis le voilà qui revient. Je tire pour le faire fuir. Mais après quelques heures il revient droit sur nous, bien décidé à venir nous saluer… La question que l’on peut se poser est pourquoi est-il venu intentionnellement nous payer une visite de courtoisie ? Attiré par l’odeur des chiens ? Le lendemain, notre ours se prélasse toujours au même endroit et il a terminé son repas. Finalement, nous changeons de mouillage pour nous rapprocher de l’autre rive de la baie, garder un moteur en marche (il n’aime pas ce genre de bruit) feu de hune et feu de mouillage allumés, tente ouverte à l’arrière au cas ou le nounours se hisserait par là et surtout garder tous les chiens en timonerie.

Le lendemain matin, il est toujours là à nous scruter depuis l’autre rive puis il s’endort profondément. Nous en profitons pour nous balader en le gardant en visuel. A notre retour au bateau après deux heures de promenade, voilà un autre ours qui arrive et hésite à se mettre à l’eau pour rejoindre le bateau. Les aboiements des chiens le dissuadent et il capte une autre odeur de l’autre côté de la baie : notre premier ours qui roupille avec sa carcasse ! À pas rapides et déterminé, il rejoint très vite le jeune ours qu’il réveille en sursaut. Le vieux est plus imposant et semble t-il, plus expérimenté. S’engagent alors des manœuvres de provocation et d’intimidation, mais le vieux l’emporte au bluff et rejoint la carcasse. Nous changeons à nouveau de mouillage ! Il s’en est fallu de peu que nous tombions nez à nez avec le vieil ours plus coriace lors de notre balade ! »

A suivre….

Photos jointes envoyées par Gilles par Iridium.
Suivez l’expédition sur www.facebook.com/arktika2/
_________________

The human-canine crew is well. Arktika seems to be on the edge of wintering in Svalbard. It is too late to reach the New-Siberian Islands, the sea would not allow it and the polar night is about to arrive in less than three weeks. They now need to find the right spot. The Adventure goes on as you will see by the pictures and story that Gilles tells us below.

«  Yesterday and the day before were two pretty amazing days. During the night, a bear swam to the hull of the boat while the dogs slept in the cockpit just one meter away. Nothing seen and nothing heard except me in my sleep when I suddenly felt choppy waves and noise on the platform! I get up and see a bear almost on the platform, turning back in the water and swimming to shore. I decide to get closer look. It is now inland. As we approach it, we realize it has a seal carcass between its paws. Alerted by our footsteps, it decides to lie on a hill to overlook us. Then he comes back. I shoot to scare it, but after a few hours it comes back, determined to greet us…. The question one might ask is why does it intentionally plan on paying us a courtesy visit? Is it attracted by the smell of dogs? The next day, our bear is still basking in the same place and it finished its meal. Finally, we make berth to the other side of the bay, keeping engine running (because it does not like that kind of noise), the main mast lit and the range lights on, with the tent opened up in back in case our teddy bear hoists itself on board and to keep all the dogs on the bridge.

The next morning, the bear, still on the other side of the bank to scrutinize us, falls into a deep sleep. We take this opportunity to stroll around keeping our eye wide open. On our return to the ship after two hours of walking, another bear comes out and hesitates to get the water to reach the boat. The dogs’ barking dissuades it and it picks up another scent on the opposite side of the bay where our first bear is snoozing with his carcass! Fast paced, it quickly joins the younger bear that wakes with a start. The old bear is larger and apparently more experienced. Then we witness maneuvers of provocation and intimidation between the two, but old wins and sweeps the carcass. We weigh anchor again! It was a close call; we nearly fell face to face with the tough old bear during our stroll! »

To be continued….
Photos sent by Gilles via Iridium.
Suivez l’expédition sur Follow expedition on www.facebook.com/arktika2/
1_dsc_9846_credit_arktika
2_dsc_9884_credit_arktika
3_dsc_0046_credit_arktika
4_dsc_9964_credit_arktika
5_dsc_9985_credit_arktika
6_dsc_9907_credit_arktika
7_dsc_9909_credit_arktika
dsc_9535_credit_arktika
L’équipage humano-canin va bien, même s’il est secoué depuis deux semaines par un vent qui atteint des pointes de 50 noeuds. Comme vous avez du le noter sur le tracé sur http://www.arktika2.com, le bateau est revenu en Terre du Nord-Est, au nord-est du Svalbard. En effet, après plusieurs tentatives de traversée vers le pack, le bateau a du revenir pour se mettre à l’abri dans l’espoir d’une fenêtre météorologique favorable pour continuer sa progression. Le vent était trop important et la mer trop forte pour traverser avec les chiens. Il s’est même retrouvé « beaché » pour se mettre à l’abri et a craint à un moment de ne pouvoir se dégager. Presque la catastrophe avec l’arrière qui commençait à s’ensabler dangereusement. Ils ont réussi à se dégager finalement.  Ce qui est terriblement frustrant est que la glace est désormais dégagée sur le nord de la Terre du Nord (Severnaïa Zemlia)… Mais ils en sont loin… Et la météo reste difficile et le temps passe… Les espoirs s’amenuisent de pouvoir se placer cette année pour la dérive… Expédition de l’impossible… Gilles et Alexia ont cependant bon moral. Comme vous le verrez dans les photos jointes, l’aventure reste bien présente. A suivre….
Photos jointes envoyées par Gilles par Iridium.
Suivez l’expédition sur www.facebook.com/arktika2/
_____________________
The human-canine crew is well, even if it has been shaken these past two weeks by winds that have reached peaks of 50 knots. As you may have noted on the route on http://www.arktika2.com, the ship returned to North-East territory, northeast of Svalbard. Indeed, after several attempts to cross towards the Northern floe, the boat had to do an about-face to find shelter in the hope of a more favorable weather window to continue its advance. The wind was considerable and the sea too strong to cross with the dogs. The crew even had to harbor «  beach-bound »  and feared it would be unable to get away. On the verge of disaster, the stern began to silt up dangerously. The crew managed to emerge eventually. What is terribly frustrating is that the ice is now cleared up in the North of the Northern Territory (Severnaïa Zemlya) … but the crew is far … the weather is difficult and time passes … Hope is dwindling in order for the crew to position itself for the drift this year … the Expedition of the Impossible … however Gilles and Alexia are in good spirits. As you’ll see in the attached photos, the adventure is well portrayed. To be continued….
Photos sent by Gilles via Iridium.
Suivez l’expédition sur Follow expedition on www.facebook.com/arktika2/
dsc_9805_credit_arktika
dsc_9768_credit_arktika
dsc_9569_credit_arktika ice_chart_russian_2016_09_21

ours_dsc_3714

Gilles prévoyait de commencer à remonter vers le pack pour le longer vers l’est vers l’archipel François-Joseph mais les conditions de navigation ne sont pas assez bonnes pour leurs sept compagnons à quatre pattes. Ils sont pour l’instant abrités à l’ouest de l’île de Kvitøya au Svalbard.

Il nous dit “ De Kvitøya, l’ile Blanche, où nous sommes mouillés en attente d’une accalmie, nous faisons face au site où l’expédition d’Andrée se perdit (1897). Nous sommes très occupés ! Nous avons des journées de 24h avec des sommeils de 2h en alternance. Hier, nous avons trouvé un ours mort sur la plage. Puis en promenant les chiens ce matin, un ours lancé vers nous à 200 mètres. Juste le temps d’embarquer dans l’annexe. Puis on a fait 400 litres d’eau. Par chance car tout gèle au dehors et il neige. Les ballades à terre sont limitées à cause des ours. Dommage car c’est superbe avec le glacier. Devrions repartir sous peu selon météo vers Victoria (NO) puis Francois Joseph. Sommes en retard!”

Pour en savoir plus sur l’expédition d’Andrée

À suivre…

 

______________________

 

Gilles was planning to head North to follow the pack Eastbound to Franz-Josef Land but sea conditions are not good enough for the dogs. They now remain sheltered West of Kvitøya Island in Svalbard. To be continued…

He tells us : “ We have made berth at Kvitøya (White Island), where the 1897 Andrée Expedition was lost. We are very busy ! In the 24-hour days, we alternate 2 hours of sleep. Yesterday we found a dead bear on the beach. Then while walking the dogs this morning, a bear whisked towards us, just 200 meters away. It was just enough time for us to board ! Then we took in 400 liters of water. This swamp was lucky because everything freezes outside and it is snowing. Land outings are limited because of the bears. Too bad because with the glacier it is superb. According to weather reports, we should shortly make way towards Victoria and to Franz Josef Land. Are are running late ! ”

For more information on the Andrée Expedition

To be continued…

dsc_9313_credit_arktika
L’équipage humano-canin va bien ! Arktika avance correctement, comme vous devez le voir sur le tracé du bateau sur http://www.arktika2.com. Il est en train de quitter l’est du Spitzberg vers le nord et le pack. Le mouillage fut bien agréable, ils ont été accueillis par une colonie de morses curieux qui sont presque montés sur le bateau, très intéressés par les chiens qui étaient plutôt super excités ! Par ailleurs, derrière la colonie, un ours blanc achevait de rendre le tableau exceptionnel et particulièrement désordonné… L’enjeu désormais pour l’expédition est de savoir s’ils pourront passer le nord de la Terre du Nord (Severnaïa Zemlia) pour la mer des Laptev où la glace ne semble pas céder encore. Pour vous faire votre propre opinion, suivez l’état des glaces sur http://www.nsra.ru/en/icecharts/.
Photos jointes envoyées par Gilles par Iridium.
Suivez également l’expédition sur www.facebook.com/arktika2/
_____________________
The human canine crew is fine ! Arktika is sailing fine as you can see on the chart on http://www.arktika2.com. They are leaving East of Svalbard heading North to the ice pack. They were welcomed by a very curious walrus colony which surrounded the ship, very interested by the dogs who were themselves very excited ! Behind the colony was standing a polar bear looking for some food… A wonderful picture but pretty messy ! Now the challenge is to know wether they will be able to sail North of Severnaïa Zemlia to Laptev Sea but ice seems pretty packed these days. You can make up you own mind looking at the ice charts on http://www.nsra.ru/en/icecharts/.
Picture enclosed send by Gilles via Iridium
Follow expedition on www.facebook.com/arktika2/
dsc_9170_credit_arktika
dsc_9179_credit_arktika
dsc_9237_credit_arktika
dsc_9318_credit_arktika

 

gilles_pouchok_mg_0747_mini

Comme vous avez du le voir, l’expédition se porte bien. Le bateau est au Spitzberg, bientôt en route vers Kongsøya, à l’est de l’archipel et en mer de Barents.

Voici un petit récapitulatif du projet, pour ceux qui ont raté le début et qui arrivent en cours !