27/09/2016 – Hivernage au Spitzberg et histoires d’Ours – Wintering in Svalbard and bear stories

L’équipage humano-canin va bien. Arktika semble bien sur le point d’hiverner au Spitzberg. Trop tard pour rejoindre les îles de Nouvelle-Sibérie, la mer ne le permet plus et la nuit polaire arrive dans trois semaines. Reste à trouver le meilleur spot. L’Aventure continue, comme en témoigne les images et l’histoire que nous raconte Gilles ci-dessous.

«  Nous avons passé hier et avant-hier deux journées assez incroyables. Pendant la nuit, un ours a nagé jusqu’à la jupe du bateau alors que les chiens dormaient dans le cockpit à un mètre de là. Rien vu rien entendu si ce n’est moi dans mon sommeil quand soudain, j’ai senti du clapot et le mousqueton de l’annexe claquer sur la jupe ! Je me lève et je vois l’ours quasiment sur la jupe, repartir dans l’eau et nager vers la terre. Je décide d’aller voir de plus près. Il est désormais à l’intérieur des terres. Nous nous approchons et nous rendons compte qu’il a une carcasse de phoque entre ses pattes. Alerté par nos pas, il va se coucher sur une colline en nous observant. Puis le voilà qui revient. Je tire pour le faire fuir. Mais après quelques heures il revient droit sur nous, bien décidé à venir nous saluer… La question que l’on peut se poser est pourquoi est-il venu intentionnellement nous payer une visite de courtoisie ? Attiré par l’odeur des chiens ? Le lendemain, notre ours se prélasse toujours au même endroit et il a terminé son repas. Finalement, nous changeons de mouillage pour nous rapprocher de l’autre rive de la baie, garder un moteur en marche (il n’aime pas ce genre de bruit) feu de hune et feu de mouillage allumés, tente ouverte à l’arrière au cas ou le nounours se hisserait par là et surtout garder tous les chiens en timonerie.

Le lendemain matin, il est toujours là à nous scruter depuis l’autre rive puis il s’endort profondément. Nous en profitons pour nous balader en le gardant en visuel. A notre retour au bateau après deux heures de promenade, voilà un autre ours qui arrive et hésite à se mettre à l’eau pour rejoindre le bateau. Les aboiements des chiens le dissuadent et il capte une autre odeur de l’autre côté de la baie : notre premier ours qui roupille avec sa carcasse ! À pas rapides et déterminé, il rejoint très vite le jeune ours qu’il réveille en sursaut. Le vieux est plus imposant et semble t-il, plus expérimenté. S’engagent alors des manœuvres de provocation et d’intimidation, mais le vieux l’emporte au bluff et rejoint la carcasse. Nous changeons à nouveau de mouillage ! Il s’en est fallu de peu que nous tombions nez à nez avec le vieil ours plus coriace lors de notre balade ! »

A suivre….

Photos jointes envoyées par Gilles par Iridium.
Suivez l’expédition sur www.facebook.com/arktika2/
_________________

The human-canine crew is well. Arktika seems to be on the edge of wintering in Svalbard. It is too late to reach the New-Siberian Islands, the sea would not allow it and the polar night is about to arrive in less than three weeks. They now need to find the right spot. The Adventure goes on as you will see by the pictures and story that Gilles tells us below.

«  Yesterday and the day before were two pretty amazing days. During the night, a bear swam to the hull of the boat while the dogs slept in the cockpit just one meter away. Nothing seen and nothing heard except me in my sleep when I suddenly felt choppy waves and noise on the platform! I get up and see a bear almost on the platform, turning back in the water and swimming to shore. I decide to get closer look. It is now inland. As we approach it, we realize it has a seal carcass between its paws. Alerted by our footsteps, it decides to lie on a hill to overlook us. Then he comes back. I shoot to scare it, but after a few hours it comes back, determined to greet us…. The question one might ask is why does it intentionally plan on paying us a courtesy visit? Is it attracted by the smell of dogs? The next day, our bear is still basking in the same place and it finished its meal. Finally, we make berth to the other side of the bay, keeping engine running (because it does not like that kind of noise), the main mast lit and the range lights on, with the tent opened up in back in case our teddy bear hoists itself on board and to keep all the dogs on the bridge.

The next morning, the bear, still on the other side of the bank to scrutinize us, falls into a deep sleep. We take this opportunity to stroll around keeping our eye wide open. On our return to the ship after two hours of walking, another bear comes out and hesitates to get the water to reach the boat. The dogs’ barking dissuades it and it picks up another scent on the opposite side of the bay where our first bear is snoozing with his carcass! Fast paced, it quickly joins the younger bear that wakes with a start. The old bear is larger and apparently more experienced. Then we witness maneuvers of provocation and intimidation between the two, but old wins and sweeps the carcass. We weigh anchor again! It was a close call; we nearly fell face to face with the tough old bear during our stroll! »

To be continued….
Photos sent by Gilles via Iridium.
Suivez l’expédition sur Follow expedition on www.facebook.com/arktika2/
1_dsc_9846_credit_arktika
2_dsc_9884_credit_arktika
3_dsc_0046_credit_arktika
4_dsc_9964_credit_arktika
5_dsc_9985_credit_arktika
6_dsc_9907_credit_arktika
7_dsc_9909_credit_arktika

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>